L'adoption par l’Agence française de l’adoption (AFA)



L’Agence française de l’adoption est un organisme public d’adoption créé en 2005.
En 2014, 22 % des adoptions internationales ont été accompagnées par l’AFA (les autres se faisant par l’intermédiaire d’OAA ou par démarche individuelle).

Dans cette page :




L’Agence française de l’adoption (AFA)

L’AFA est habilitée à encadrer et accompagner les procédures dans les pays parties à la convention de La Haye et qui l'ont reconnue comme intermédiaire officiel. En 2014, l’AFA a réalisé 239 adoptions dans 21 pays.

L’AFA peut également jouer le rôle d’intermédiaire dans les pays hors La Haye où elle est habilitée, c’est en particulier le cas pour la Russie, et ce sera désormais le cas pour Haïti.

L’AFA a une implantation nationale (y compris les Dom-Tom) avec un réseau de correspondants présents dans tous les départements.

L’AFA n’est pas autorisée à retenir les dossiers sur d’autres critères que ceux inscrits dans la législation du pays.

L’AFA peut refuser un dossier en raison d’un quota imposé par le pays.

Renouvellement du conseil d’administration de l’AFA en décembre 2015.

Suite aux élections départementales de mars 2015, l’Assemblée des départements de France (ADF) a désigné de nouveaux représentants. Dans le cadre du renouvellement des instances de l’Agence française de l’adoption, groupement d’intérêt public (GIP), un nouveau bureau et un nouveau conseil d’administration ont vu le jour.

Le conseil d’administration est composé désormais, outre les représentants des tutelles, des administrateurs suivants :

Présidente :

Joëlle VOISIN (personnalité qualifiée, désignée par arrêté)

Vice-présidentes :

Bérengère POLETTI, vice-présidente, Conseil départemental des Ardennes

Catherine BOSSIS, vice-présidente, Conseil départemental de l’Aude


Sur proposition de l'Assemblée des départements de France (ADF), sont administrateurs :

Michèle BERTHY, vice-présidente du Conseil départemental du Val-d’Oise

Solange BERLIER, vice-présidente du Conseil départemental de la Loire

Marcel ROGEMONT, conseiller départemental d’Ille-et-Vilaine

Kim ANCEAUX, vice-présidente du Conseil départemental de la Marne

Martine OUAKNINE, Conseillère départementale - Conseil départemental des Alpes Maritimes

Nathalie KERRIEN, conseillère départementale du Conseil départemental du Loiret

Christine GONZATO-ROQUES, vice-présidente du Conseil départemental du Lot-et-Garonne

Emmanuel AJON, vice-présidente du Conseil départemental de la Gironde

 

Personnalité qualifiée, également désignée par arrêté :


Adeline GOUTTENOIRE, universitaire


Le mandat des membres du conseil d’administration est de trois ans, renouvelable.

 

Le site internet de l’Agence française de l’adoption http://www.agence-adoption.fr met à disposition du public des fiches d’informations sur ses pays partenaires.


Vaut-il mieux adopter par l’AFA par un OAA ou par démarche individuelle ?

Il n'y a pas de meilleure façon d’adopter ni de solution "plus rapide"

Il faut savoir que l’afflux important de candidatures avait entraîné la constitution de listes d’attente à l’AFA pour les pays qui imposent un rythme de réception des dossiers et une inflation des délais d’attente dans tous les pays. Ces listes ne sont plus agrémentées.

Votre choix se fera en fonction de questions que vous allez vous poser :
– Correspondez-vous au profil souhaité par les pays vers lesquels vous souhaitez vous tourner (âge, situation maritale, parfois également, religion, niveau de vie…) ?
– Le pays vers lequel vous vous tournez ne confie-t-il des enfants que par l’intermédiaire de l’AFA ?
– Compte tenu des listes d’attente et des délais prévisionnels pour le pays qui vous intéressent, vous sentez-vous capables d’attendre aussi longtemps ?
– Vous sentez-vous prêts à prendre en charge des démarches, voire un voyage à l’étranger, dans un pays que vous ne connaissez peut-être pas du tout ?
– Tenez-vous à tout gérer dans votre démarche d’adoption ou, au contraire, préférez-vous vous en remettre à des tiers ?

En revanche, certains critères semblent plus faire appel à des idées reçues qu'à la réalité :
– un critère financier : l’adoption par l’AFA, par un OAA et l’adoption par démarche individuelle occasionnent sensiblement les mêmes coûts.
– un critère éthique : on a longtemps dit que les démarches individuelles ouvrent la porte à plus de dérives et de trafics d’enfants, mais l’AFA ne protège pas de toutes les dérives.

De toute façon, les démarches pour adopter sont longues et complexes, parfois éprouvantes, quelle que soit la procédure choisie.



Combien cela coûte-t-il de passer par l’AFA ?

L’AFA étant un organisme public, les informations, conseils, aide à la constitution du dossier et suivi sont gratuits. L’AFA propose généralement sur ses fiches pays des indications sur les frais de procédure et les frais divers de séjour. Ces informations sont sujettes à variation et ne sont pas contractuelles.


Contacter l’AFA

19, bd Henri IV (Code porte 1205)
75004 Paris
Les conseillers sont à votre disposition au :
Tél. : 01 44 78 61 40

les mardi, mercredi, jeudi de 9 h 30 à 17 h 30,

les lundi et vendredi de 9 h 30 à 12 h 30 et de 14 h 00 à 17 h 30. 

Fax : 01 44 78 61 41

Pour tout entretien sur place, il convient de demander un rendez-vous.

Pour les questions relatives à une proposition d'apparentement, à un départ dans le pays d'origine de votre enfant, ou à toute évolution de votre dossier, vous serez orienté vers le rédacteur compétent chaque après-midi de 14 h 00 à 17 h 30.

Consulter le site de l’AFA