18 mai 2008 : Catastrophes naturelles en Asie et Adoption
Cyclone en Birmanie, tremblement de terre en Chine.

Des milliers de morts, des familles endeuillées, des millions de personnes dont la vie est bouleversée. Il est difficile de rester impuissants face à ces drames humains et poussés par un élan de générosité, tous, nous voudrions faire un geste pour ceux qui nous semblent les victimes les plus exposées, les enfants.

Mais il ne faut pas oublier que l'adoption n'est pas, ne peut pas et ne sera jamais une réponse aux catastrophes humanitaires. L’adoption n’est pas un acte humanitaire mais une manière de constituer une famille pour la vie.

Aujourd'hui, la première urgence dans ces deux pays est d’apporter toute l’aide possible pour sauver des vies et préserver celles de millions de personnes démunies et privées de tout.

Demain, ces populations devront prendre le temps de pleurer leurs morts, de faire leur deuil, de reconstruire leur pays.
Il faudra mener de longues investigations pour s'assurer que les enfants isolés sont orphelins et qu'aucune solution n'existe dans leur entourage et dans leur pays.

Ce n'est que plus tard encore qu'une adoption internationale pourra être envisagée si la législation de leur pays l'autorise, ce qui n’est pas le cas de la Birmanie.